Ottawa (Ontario) – Comment les employeurs agricoles peuvent-ils repérer, embaucher et développer des travailleurs qualifiés qui aiment travailler dans le secteur et souhaitent y rester? Qu'est-ce qui pourrait rendre l'emploi des travailleurs agricoles plus satisfaisant et leur donner le goût de demeurer dans le domaine agricole? Quelles sont les retombées économiques des pénuries de main-d'œuvre agricole au Canada et selon la province et le type de production? Il faut en savoir plus sur la crise qui frappe la main-d'œuvre agricole canadienne, ainsi que sur les politiques, les programmes et les outils nécessaires pour y remédier.

À titre de suivi à son projet de recherche de 2014, le Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture (CCRHA) met en branle un sondage de recherche d'information sur le marché du travail (IMT) complet afin d'étudier la main-d'œuvre agricole au Canada. Ce sondage fournira des renseignements à jour sur le marché du travail et permettra l'élaboration de nouvelles prévisions sur l'offre et la demande de main-d'œuvre jusqu'en 2029. Le Conference Board du Canada mènera le sondage pour le compte du CCRHA et souhaite la participation de plus de 1 000  producteurs, travailleurs agricoles et organismes collaborateurs.

Les répondants auront accès au bref sondage en ligne du 12 octobre au 30 novembre 2018. Les opinions et les points de vue du secteur agricole sous tous ses aspects sont les bienvenus. Ils serviront à aider l'industrie, les gouvernements et les institutions d'enseignement à formuler des solutions aux pénuries de main-d'œuvre. Les réponses demeureront strictement confidentielles.

« Il est essentiel de comprendre l'évolution des besoins des producteurs, des travailleurs agricoles et des collaborateurs de l'industrie afin de surmonter les défis en matière de main-d'œuvre du secteur agricole, indique Portia MacDonald-Dewhirst, directrice générale du CCRHA. L'agriculture doit constamment s'adapter et progresser. Nous devons préciser l'incidence sur l'agriculture de la nouvelle technologie, des nouvelles techniques de production, de l'accroissement de la demande, des régimes de réglementation et des contraintes continues en matière de main-d'œuvre afin de savoir quels seront les emplois et les compétences nécessaires dans l'avenir. »

L'agriculture est un moteur important de l'économie canadienne. Selon Statistique Canada, les ventes agricoles totales se chiffraient à 61,5 milliards de dollars en 2017. Le secteur est destiné à se développer comme l'un des premiers exportateurs mondiaux de produits agricoles et agroalimentaires d'une valeur cible de 75 milliards de dollars d'ici 2025. Toutefois, aucun autre secteur au Canada n'est aux prises avec autant de problèmes de main-d'œuvre que l'agriculture.

Selon les résultats de la recherche d'IMT de 2014, 26 400 emplois n'avaient pas été pourvus dans le secteur agricole canadien, ce qui a coûté au secteur 1,5 milliard de dollars en perte de revenus, soit 2,7 % des ventes de produits. On s'attend à ce qu'un tel écart atteigne 114 000 travailleurs d'ici 2025. Il est donc impératif de trouver des solutions à la crise de main-d'œuvre pour que l'industrie agricole puisse progresser et atteindre son plein potentiel.

Les départs à la retraite et la planification de la relève, ainsi que l'incapacité de trouver des gens intéressés à l'agriculture, représentent d'énormes problèmes. Il a été déterminé que les principaux obstacles au recrutement et au maintien en poste des travailleurs agricoles sont la nature saisonnière du travail et l'éloignement des fermes, souvent situées en zone rurale. La pénurie de main-d'œuvre fait en sorte que les entreprises sont de moins en moins capables de produire à plein régime ou de prendre de l'expansion pour répondre à la demande grandissante du marché.

« Les résultats de ce sondage enrichiront ceux recueillis lors de la recherche précédente d'IMT et fourniront des données précieuses qui serviront à pister les besoins constants des agriculteurs et des chercheurs d'emploi de manière à élaborer des outils et des ressources pour leur répondre », explique Debra Hauer, gestionnaire d'AgriIMT. Les conclusions de la recherche d'IMT précédente peuvent être consultées sur le site Web du CCRHA, et les résultats du nouveau sondage seront publiés au printemps de 2019.

Financé en partie par le Programme d'appui aux initiatives sectorielles du gouvernement du Canada, le CCRHA collabore avec les producteurs, les travailleurs agricoles, les ministères fédéraux et provinciaux, des organisations agricoles canadiennes de premier plan, ainsi que des collèges et des fournisseurs de formation en agriculture afin d'assurer la compréhension et le traitement complets des besoins en matière de main-d'œuvre de l'industrie agroalimentaire.

- 30 -

Le Conseil canadien pour les ressources humaines en agriculture (CCRHA) est un organisme national, sans but lucratif, qui se consacre à répondre aux enjeux liés aux ressources humaines qu'affrontent les entreprises agricoles de tout le Canada. La participation de l'industrie agricole est la pierre angulaire du CCRHA. Celui-ci travaille avec les leaders de l’industrie, les responsables gouvernementaux et les intervenants en éducation afin de chercher, d’élaborer et de communiquer des solutions aux défis qu'affronte l’agriculture au chapitre de l’emploi et du développement des compétences. Il dirige les efforts de collaboration visant la mise en œuvre du Plan d'action canadien sur la main-d'œuvre du secteur agricole et agroalimentaire. Pour en savoir davantage à ce sujet, prière de visiter www.cahrc-ccrha.ca/fr.


Pour obtenir de plus amples renseignements, prière de s'adresser à :
Debra Hauer, gestionnaire d'AgriIMT, CCRHA
Tél. : 613-745-7457, poste 227; courriel : Hauer@cahrc-ccrha.ca
Portia MacDonald-Dewhirst, directrice générale, CCRHA
Tél. :  613-745-7457, poste 222; courriel : macdonald-dewhirst@cahrc-ccrha.ca
Theresa Whalen, spécialiste des communications et du marketing, CCRHA
Cell. : 613-325-7321; courriel : twhalen@cahrc-ccrha.ca